De la notion de sécurité en voyage

Avant d’entrer dans le vif du sujet, soyons clairs : il existe bien sûr des endroits dangereux dans le monde et bien sûr, il vaut mieux se préparer en amont et rester prudent durant le séjour. Cela étant dit, vous remarquerez que le nombre incalculable d’articles de blog qui traitent de la sécurité en voyage sont très souvent écrits par des personnes blanches. C’est là que ça devient problématique. Une femme blanche seule n’aura pas les mêmes craintes qu’une femme noire qui voyage seule par exemple. Etant moi-même une femme racisée qui voyage seule la plupart du temps, je n’ai pas les mêmes inquiétudes qu’une femme blanche. Une simple recherche Google suffit pour m’apercevoir que mes préoccupations ne figurent dans aucun blog de voyage francophone. Ou alors je n’ai pas suffisamment cherché et dans ce cas, n’hésitez pas à partager les liens en commentaire 🙂

Bref, que dit cette « ligne éditoriale » qui inonde le web ? Bien souvent, ce sont les pays du sud ou en voie de développement qui sont concernés. Ils sont forcément moins sécuritaires que les pays riches alors il faut absolument rassurer les lecteurs effrayés de se faire agresser, voler, tuer ou encore de tomber malade. Cette conception de la sécurité en voyage se veut être une vérité universelle. Pourtant, comme je le disais plus haut, nous n’avons pas tous les mêmes craintes et nous ne choisissons pas tous nos destinations selon les mêmes critères.

De quoi est-on censé avoir peur en voyage

La notion de sécurité mériterait d’être définie au début de chaque article de blog de voyage qui traite du sujet, comme ça au moins, on saurait tous de quoi on parle. Et on constaterait très vite que c’est en réalité très subjectif. Pour commencer, où est-on censé avoir peur ? Dans les pays du sud bien sur ! Ils sont pauvres donc disposent de moins de moyens, sont moins organisés, les infrastructures sont moins développées ce qui donne une eau imbuvable, des routes dégradées voire même pas encore construites, des services inexistants et j’en passe. Et comme dirait l’autre, « si on ajoute à cela » une population pauvre, pas instruite, qui n’a d’autres choix pour survivre que de mendier, voler ou s’adonner à toute autre activité liée au crime, il est clair qu’il vaut mieux se préparer en amont.

Le blogueur occidental blanc a souvent les mêmes craintes : avoir des problèmes de santé, être confronté au vol, aux agressions physiques, aux arnaques en tout genre, aux différences d’us et coutumes. Les femmes, elles, redoutent le viol puisque c’est bien connu, les hommes racisés désirent par dessus tout la pureté de leur peau blanche, à laquelle ils n’ont pas l’honneur d’avoir accès en temps normal.

Les problématiques varient en fonction des destinations, ainsi, en Iran et plus largement dans les pays musulmans, on parle principalement de pudeur. Les femmes doivent absolument se voiler pendant leur voyage et les couples ne doivent pas montrer de signes de tendresse en public. Dans les pays d’Amérique du Sud et des Caraïbes, il est surtout question de sécurité (FARC, favelas, trafic de drogues, cartels, toussa toussa). Tout ce qui est bouffe, eau, fruits, vaccins, santé en général c’est pour l’Asie. L’Afrique, « ce coin du monde qui ne fait pas encore courir les foules » entre autres car « explorer l’Afrique, c’est autre chose », peut-on lire sur le blog d’une voyageuse québécoise bien connue, eh bien on trouve tous les éléments précédents réunis, en plus bien sûr, d’une extrême pauvreté. Vous pensez que j’exagère ? Allez vérifier par vous-même. Google est votre ami !

Ces dernières années, beaucoup hésitent également à voyager dans certains pays à cause des attentats terroristes et je pense par exemple à la Tunisie. Je vais développer ce point plus loin…

D’autres paradigmes

Essayons de renverser les points de vue. Dans la plupart des cas, la question n’est-elle pas liée à l’inconnu plutôt qu’à la dangerosité d’une destination ? Si je prends un exemple personnel, je voyage en Tunisie depuis mon enfance, c’est donc un pays auquel je suis attachée et dont je connais le fonctionnement. Je n’ai aucune crainte à y aller, bien au contraire il me tarde d’y retourner. Pourtant, la Tunisie a traversé plusieurs événements ces dernières années, les révoltes populaires qui ont fait tomber le régime dictatorial puis plusieurs attentats terroristes, dont le dernier remonte à juin 2019. Sans surprise, le tourisme a chuté; pays musulman + attentats = danger. Cela étant dit, je comprends la peur des personnes ayant choisi de bouder la Tunisie. Et qu’en est-il de la France ? Pensez-vous que les français immigrés dans d’autres pays vont cesser d’y retourner pendant leurs vacances à cause des risques d’attentat ? C’est exactement pareil.

Et si je vous offrais un billet d’avion aller-retour pour l’Algérie, iriez-vous, ou auriez-vous trop peur des manifs actuelles ? Pourtant, elles se passent dans le plus grand des calmes en comparaison avec les manifs des gilets jaunes mais ça ne vous a pas empêché de dépenser une fortune pour votre billet de TGV afin de passer un week-end à Paris.

Tiens, ça me fait penser que ma voisine iranienne est retournée en Iran pour ses vacances et elle est revenue il y a peu. Elle était toute contente de me montrer ses jolies photos, de me raconter son séjour, les retrouvailles, ses visites, ses sorties. Elle m’a également montré les souvenirs qu’elle a rapporté: des vases, des assiettes, un samovar, objet magnifique que j’ai découvert à cette occasion et qui sert à préparer le thé. J’avais déjà envie de découvrir l’Iran mais imaginez quand c’est une iranienne qui raconte son pays, celui où elle est née, où elle a grandit et où elle a tous ses repères. J’ai plus confiance en son récit à elle qu’en n’importe quel article de blog, qui va étaler sur un paragraphe entier quelques notions politico-socio-religieuses non maîtrisées, qui contribueront à perpétuer une vision impérialiste du monde, avec le grand classique sur le voile et le sort des femmes iraniennes en quête de liberté.

Les visiteurs du sud, ils pensent quoi de « chez nous » ?

Dans 97% des cas, on va vous expliquer que telle destination est pauvre (avec tous les aléas qui vont avec) « mais que les gens sont toujours accueillants ». J’ai même lu que l’accueil était « la raison principale pour y aller », en faisant référence au Sénégal. Je suppose que c’est un compliment. A l’inverse, je ne suis pas sûre qu’un touriste sénégalais soit le bienvenu dans un pays occidental, quelque soit le pays. D’ailleurs, un sénégalais en occident ça ne peut pas être un touriste. Ni un étudiant, ni un diplomate, ni un artiste en tournée, au mieux un immigré (pas un expat’), sinon un migrant. En tout cas je vous confirme, ça existe un touriste africain. Plusieurs membres de ma famille sont venus de Tunisie nous rendre visite en France. S’ils avaient eu un blog, ils n’auraient pas recommandé la France juste pour faire l’expérience de l’accueil chaleureux.

En parlant de chaleur, on lit souvent que certaines destinations peuvent être dangereuses car les hommes y sont assoiffés de sexe. Soit parce que c’est leur culture, c’est dans le sang, comme aux Caraïbes, en Afrique ou en Amérique Latine, soit parce qu’il n’y a pas assez de femmes comme en Inde, soit parce que les femmes sont considérées comme des objets comme dans les pays musulmans. Si les femmes blanches ont peur de se faire agresser sexuellement, que dire de ces milliers de touristes blancs, hommes et femmes qui voyagent au Maroc, en Thaïlande, à Cuba, en Gambie et ailleurs pour assouvir leurs fantasmes inavoués ? Des fantasmes qu’ils n’oseraient pas concrétiser dans leur pays mais qu’ils explorent sans limites « loin, là-bas », impunément, sans penser à l’intégrité physique de leurs victimes, déshumanisées, dont on nie les traumatismes. Beaucoup d’entres elles étant des enfants. Et si elles aussi pouvaient largement s’exprimer sur leurs propre blogs et diffuser leurs articles sur les réseaux sociaux ?

Alternatives

Ce qu’une personne blanche ne vous dira pas dans son article universel qui est censé parler à tous les êtres humains sur la sécurité dans le pays X ou Y (car elle n’en sait rien), c’est que parfois, on ne se pose même pas la question de la sécurité quand on n’est pas blanc. Car on passe complètement inaperçu ! Avec ma peau mate et mes cheveux bouclés noirs, je passe pour une locale dans bien des endroits et ça m’arrange. Je pense qu’il serait bon parfois de préciser depuis quelle identité on s’exprime pour une meilleure compréhension. C’est le problème avec les personnes blanches, elles se sentent tellement universelles qu’elles n’en ressentent jamais le besoin.

Conclusion

Je m’interroge. Un voyageur blanc s’est-il déjà interrogé sur les pensées qui traversent l’esprit d’un mexicain en vacances au Canada ou d’un touriste marocain venant rendre visite à sa famille en Belgique pour la première fois. Je pense qu’il y a certainement une notion de privilège. Ces êtres humains du sud vont découvrir des pays développés, démocratiques, libres, modernes etc… Ils sont donc chanceux de pouvoir vivre cette expérience. En revanche, un habitant du nord qui se déplace dans un pays du sud, c’est un droit acquis depuis des siècles. La question de la légitimité du déplacement ne se pose même pas. La sécurité en voyage, ce n’est pas qu’une question de sécurité physique, c’est aussi une question de respect de la dignité et de l’intégrité morale. C’est se sentir accueilli et considéré, peu importe notre provenance et notre destination.

On ne peut que constater, en se baladant sur les différents blogs, que les nombreux articles sur la sécurité en voyage manquent de nuances et de recul. Ils se veulent rassurants et bienveillants mais ne font en réalité que perpétuer des stéréotypes racistes et néo-coloniaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *